WINTERVIEWW

Génération K


Peut-on encore être stylée avec un bonnet K ? La réponse avec Carole Lambert, Design Manager de Prima Donna, la marque belge spécialiste des grandes tailles.

En 2020, les fortes poitrines se sentent-elles encore exclues ?

Plus du tout ! Notre défi est de pouvoir offrir aux fortes poitrines toutes les tendances auxquelles les petites tailles ont accès. Je pense notamment aux bralettes, qui se résument presque à un petit top. Chez Prima Donna, on va proposer le même look, mais avec une finition intérieure qui assure le maintien. Nos contraintes en matière de confection sont plus élevées. Le choix des matières est important. Elles doivent allier souplesse pour le confort et rigidité pour le support.

“Selon les cultures, les femmes portent différemment leur soutien-gorge.”

Avez-vous observé une augmentation de la demande ces dernières années ?

Oui tout à fait. De plus en plus de jeunes filles très minces affichent des fortes poitrines aux bonnets profonds. C’est probablement dû aux hormones et à l’alimentation. Plus globalement, notre population n’a pas tendance à maigrir, que du contraire.

À quoi faut-il prêter attention quand on choisit son soutien-gorge ?

L’élément essentiel, c’est l’ossature du soutien-gorge. C’est-à-dire tout ce qui est à l’intérieur comme les doublures, le balconnet, l’armature et à la protection qui l’entoure pour éviter qu’elle ne soit inconfortable. Les bretelles ne doivent ni glisser ni scier la peau. Un autre point essentiel, c’est le dos. Le tissu doit contenir un taux d’élasthanne très élevé. Si le soutien-gorge n’est pas bien maintenu à l’arrière, il va remonter et ne plus bien maintenir les seins. La différence entre un bon et un mauvais soutien-gorge se situe souvent à ce niveau-là.

Comment bien régler son soutien-gorge ?

Selon les cultures, les femmes portent leur soutien-gorge de manière différente. Les Anglaises par exemple vont le régler très serré en choisissant une taille plus petite pour bien faire ressortir leur poitrine. Elles vont opter pour un 85 D au lieu d’un 90 B. Chez nous, on est plutôt adeptes du confort. Il ne faut pas que ça coupe, que la peau soit marquée quand on retire sa lingerie. Pour assurer un bon maintien, veillez à ce que le dos du soutien-gorge soit à la même hauteur que le devant. Il ne doit en aucun cas remonter vers les omoplates. Ça ou ne rien porter du tout, c’est la même chose !